ZAC EFRON FRANCE                    zacefronfrance.com 
Votre ultime source française dédiée à Zac Efron
WELCOME ! Bienvenue sur Zac Efron France, votre source de référence sur l'acteur et producteur Zac Efron. Zac a été connu du grand public grâce à la saga High School Musical. Vous pouvez aussi le retrouver dans les films The Lucky One, Le Secret de Charlie, Nos Pires Voisins et bien d'autres. Vous trouverez ici toute son actualité, ses projets, ainsi que toutes les photos le concernant dans la galerie photos. Nous vous souhaitons une excellente visite !
DERNIÈRES PHOTOS DE ZAC !

  10 Oct 2017         Posté par ZEfrance

Suite à la vidéo publicitaire postée hier par Zac dans le cadre de sa campagne #TestedTough avec Columbia Sportswear, Zac a été interviewé pour le magazine Outside par téléphone depuis chez lui à Los Angeles.

Outside : Parlez-moi de ce van que vous et votre frère avez ?

Zac : C’est un rêve devenu réalité. Vous savez, beaucoup d’enfants jouent avec différents types de voitures, tout le monde voulait la Batmobile ou une super voiture Nascar. Je voulais un van. Et c’est tout ce que je voulais, c’est comme une maison mobile que je peux garer n’importe où.

Outside : Vous voulez dire comme un van de Chris Farley ?

Zac : Oui. Et je pense que cela a commencé parce que mes grands-parents en avaient un et qu’ils vivaient dans le nord de l’Oregon. Et nous pouvions réaliser de nombreux voyages en famille dans notre Westfalia (marque de véhicule). Il y avait une cuisinière dans celui-ci. C’était génial.

Outside : Quel est le votre ?

Zac : Celui-ci a été amélioré. Nous l’avons « rock-a-fied ».

Outside : Rock comme une rockstar ?

Zac : Non, comme The Rock. Nous l’appelons « The Wolf » (le loup) parce qu’il est recouvert non seulement de peinture mais aussi de Rhino Lining (un spray). C’est de couleur mat, c’est cool. Il y a beaucoup de place dedans. C’est super amusant à conduire. Il a de gros pneus. Nous avons fait plus de hors route (tout-terrain) avec ce van que dans n’importe quel autre que j’ai pû conduire. Tous les composants éléctroniques sont des panneaux solaires. Il fonctionne avec du carburant diesel, ce qui est agréable, efficace, abordable et amusant à comprendre. Mon frère l’a choisi. C’était sa contribution au voyage. J’ai donc dû apprendre les « règles d’un van ».

Outside : Votre frère est un amateur de plein air ainsi qu’un triathlète. Vous a-t-il entraîné dans cette voie ?

Zac : Ça a toujours été dans notre sang, depuis que nous sommes jeunes. C’est la seule façon de nous amuser. Nous n’avions pas vraiment de parcs d’attractions ou quoi que ce soit d’autre. Nous allions à la plage ou à l’intérieur des terres à certains endroits où il y a des randonnées, des cascades ou des sources chaudes, ce genre de choses. C’est un petit bijou, où nous avons grandi. Nous avons trouvé les falaises les plus épiques l’autre jour. C’était beau.

Outside : Comment était votre dynamique fraternelle sur le sentier ?

Zac : Ça dépend. Je veux dire, si c’est juste nous deux à l’extérieur et que nous ne faisons que de la randonnée c’est beaucoup plus différent que de le faire avec une équipe de tournage. Je vais vous dire ça. Je suis familier avec la caméra donc je sais ce qui est important ou ce qui pourrait être un peu plus travaillé. J’ai donc un point de vue légèrement différent.

Outside : Est-ce que l’un d’entre vous pousse-t-il le rythme pendant que l’autre s’arrête pour sentir les fleurs ?

Zac : Je veux dire, c’est moi qui le suit. C’est toujours comme ça. Mais c’est amusant parce qu’il repousse les limites, de même pour moi mais je le fais d’une autre manière. Je serai le premier à tester l’eau pour voir si elle est assez profonde lors d’un saut d’une falaise. Mais c’est lui qui allume un feu ou qui s’assure que nous restons sur la bonne voie.

Outside : Recherchez-vous l’adrénaline quand vous êtes à l’extérieur ? Ou plutôt la paix et la solitude?

Zac : Les deux. Vous revenez juste à la réalité. La ville vous aspire. Vous pouvez entrer dans ces petits combats de querelles sur la route et ils finissent en deux secondes, c’est comme ça. Vous devez rester ensemble. Vous êtes coincés les uns avec les autres quand vous partez en voyage comme ça. Donc, vous prenez sur vous, vous contrôlez vos problèmes. Nous avons probablement appris plus l’un sur l’autre en quatre jours lors du road trip qu’en restant à la maison à se détendre pendant un mois entier.

Outside : Vous avez eu beaucoup de rôles d’homme fêtard ses dernières années, qui colle à votre vie réelle dans une certaine mesure. Pensez-vous que ce projet avec Columbia Sportswear, et en général faire plus de choses à l’extérieur, va changer les perceptions à votre sujet et peut être vous faire obtenir des rôles différents ?

Zac : Oui, je l’espère. La phase initiale de cette idée était un peu comme, j’ai eu ce secret que j’ai gardé pendant longtemps. Je peux aller n’importe où et je peux juste être seul. Je sais comment faire ça. J’ai appris à camper. Mais nous avons une génération de gens qui ne savent pas forcément comment ou qui n’ont vu personne le faire ou le fait de savoir ce que signifie s’évader. Ce fut l’occasion d’atteindre ces personnes avec une marque solide qui utilise des matériaux recyclables pour fabriquer des vestes impressionnantes qui ont aidé mon frère et moi à franchir le Continental Divide. Si nous pouvons montrer aux gens ce que sont ces endroits et pourquoi le monde vaut la peine d’être sauvé, alors nous sommes en train de « frapper » tout ce que je voudrais accomplir avec ce partenariat. C’est juste un appel à notre génération pour qu’elle se bouge.

Outside : Quel est le prochain voyage au grand air qui vous fait envie ?

Zac : Probablement aller au sommet de Griffith Park , à Los Angeles. Mais le sommet du sommet, le chemin entier qui mène vers le sommet. Vous pouvez apercevoir Griffith, c’est amusant. C’est beau. Pour moi, la première étape de chaque journée est de sortir.

Outside : Donc, avec les ressources que vous avez, vous pouvez aller n’importe où dans le monde, vous choisissez Griffith Park?

Zac : Je veux dire, il y a tellement d’endroits que j’aimerais voir. Vous savez mon frère et moi allons pêcher à la mouche parfois. Et c’est quelque chose que mon père aime faire, il est assez bon et nous pouvons nous permettre ces voyages maintenant. Donc, c’est cool de pouvoir y aller. Nous avons le van maintenant donc nous avons zéro excuses. Allons pêcher. Vient chez moi. J’ai tout. Allons-y. Et être capable d’être ce gars pour ma famille, celui qui nous fait sortir, c’est le gars que je veux être.

  04 Oct 2017         Posté par ZEfrance

Il y a quelques heures, Zac était au concert de Chance the Rapper avec son frère Dylan et des amis au Hollywood Bowl, Los Angeles.


LIEN GALERIE :

Réseaux sociaux – Social Networks > 2017 > Concert de Chance the Rapper, Los Angeles – 03/10

 

  27 Sep 2017         Posté par ZEfrance

Vous connaissez déjà sans doute les fameuses 73 questions du magazine Vogue et bien notre cher Zac a répondu à ces questions depuis sa maison.

 

Vogue : Comment s’est débuté votre journée Zac ?

Zac : Comme d’habitude. Tous les jours, 50 pompes, entraînement intensif. Je plaisante.

Vogue : Quelle était la célébrité que vous aviez en poster dans votre chambre lorsque vous étiez au lycée ?

Zac : Oh, sans plaisanter, Tyra Banks. Elle était dans un maillot de bain violet.

Vogue : Dans quelle série aimeriez-vous faire un caméo ?

Zac : Stranger Things.

Vogue : Quel est le film qui vous a fait pleurer de rire ?

Zac : Pineapple Express.

Vogue : Quel est le film qui vous a fait pleurer de tristesse ?

Zac : Titanic.

Vogue : Quel est votre album de musique préférez en ce moment ?

Zac : Coloring Book de Chance the Rapper.

Vogue : Quel est l’album que vous possédez dont les gens seraient surpris de savoir que vous avez celui-ci en question ?

Zac : Celine Dion Greatest Hits.

Vogue : Si vous pouviez être une rockstar de n’importe quelle décennie, qui seriez-vous ?

Zac : Facile, Prince.

Vogue : Maintenant, si vous pouviez être n’importe quel rappeur, qui seriez-vous ?

Zac : Chance the Rapper ou Kendrick Lamar.

Vogue : Quelle est la chanson provenant des années 90 que vous écoutez toujours ?

Zac : « What I got » de Sublime.

Vogue : Quelle chose avez-vous encore de votre enfance ?

Zac : La dignité, j’espère.

Vogue : Quel est votre animal spirituel ?

Zac : Sans aucun doute, le faucon.

Vogue : Quel était le prénom de votre premier animal de compagnie ?

Zac : Coucou Kitty, c’était un chat errant que j’avais trouvé.

Vogue : Quelle est votre chanson d’entraînement ?

Zac : Quelque chose d’agressif, comme le hip-hop, Schoolboy Q, « I Want The Top ».

Vogue : Quel est le nom de votre chanson de karaoké ?

Zac : Ice Ice Baby.

Vogue : Si vous tentiez de faire du sport professionnellement, quel sport serait-il ?

Zac : La NFL (football américain).

Vogue : Quelle est votre équipe préférée de tous les temps ?

Zac : Les Lakers.

Vogue : Kobe ou Shaq ?

Zac : Voyons, Kobe !

Vogue : Quel est votre documentaire sportif préféré de tous les temps ?

Zac : A peu près tous les « 30 for 30 ».

Vogue : Comment c’était d’embrasser Dwayne Johnson ?

Zac : Absolument incroyable ! Il est parfait, à vous couper le souffle.

Vogue : Si vous essayez, pouvez-vous vous rappeler de tous les noms dont Dwayne Johnson vous a appelé dans Baywatch ?

Zac : Non.

Vogue : Quel est votre endroit préféré pour sortir ?

Zac : La planète Terre.

Vogue : Avez-vous de mauvais voisins ?

Zac : Non, pas vraiment.

Vogue : Zac, quand vous ne travaillez pas, qu’est-ce que vous aimez faire ?

Zac : A peut près tout à l’extérieur. Je sais pas, surfer, faire du skate, tout ce qui peut se faire à l’extérieur.

Vogue : Quel est le talent le plus étrange que vous êtes prêt à partager avec nous ?

Zac : Je peux souffler des bulles avec ma langue.

Vogue : Quelle est la meilleure impression que vous pouvez faire ?

Zac : *Imitant Christopher Walken*

Vogue : Quelle est votre pire habitude ?

Zac : La procrastination.

Vogue : Quelle est votre meilleure habitude ?

Zac : Je me surpasse et je finis toujours le travail.

Vogue : Quel est le conseil que vous pouvez donnez aux jeunes acteurs qui aimerait entrer dans le business ?

Zac : Pratiquer la patience.

Vogue : Qui est votre modèle ?

Zac : Mon grand-père.

Vogue : Quelle est la partie que vous préférez de votre travail ?

Zac : Probablement la polyvalence.

Vogue : Si vous n’étiez pas un acteur, quel serait votre travail de rêve ?

Zac : Je serais probablement un chef.

Vogue : Quelle est la chose la plus folle qui est déjà arrivée sur un tournage ?

Zac : Euh, une fois j’ai abordé Macy Gray en sous-vêtements, c’était de l’improvisation, elle ne s’y attendait pas c’était drôle.

Vogue : Si vous pouviez déjeuner ou dîner avec quelqu’un, avec qui ça serait ?

Zac : Paul Newman.

Vogue : Si vous pouviez imaginer 3 personnes qui sauteraient en boulet de canon en même temps dans votre piscine, qui seraient-elles ?

Zac : Mes co-stars de mon nouveau film The Greatest Showman, Hugh Jackman, Zendaya et Michelle Williams.

Vogue : Avec qui aimeriez vous faire une scène d’amour ?

Zac : The Rock (Dwayne Johnson), terminer ce que nous avons commencé.

Vogue : Quel conseil donneriez-vous à votre futur vous âgé de 20 ans de plus ?

Zac : D’être patient.

Vogue : Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu ?

Zac : Etre comme l’eau, mon ami.

Vogue : Qui est votre icône de la mode ?

Zac : Steve McQueen.

Vogue : Quel est le look que vous portez le plus souvent ?

Zac : Juste un jean classique et un t-shirt noir.

Vogue : Quel est votre parfum préféré ?

Zac : Sans aucun doute, Hugo Boss !

Vogue : Quel est le vêtement le plus porté de votre garde-robe ?

Zac : Le t-shirt noir.

Vogue : Si vous deviez concevoir un t-shirt, qu’est-ce que vous mettrez dessus ?

Zac : Aucune étiquette.

Vogue : Quel est votre aliment préféré ?

Zac : Le Kale (chou frisé).

Vogue : Quel est l’aliment que vous aimez le moins ?

Zac : Le Kale.

Vogue : Quelle est la chose la plus étrange que vous avez déjà cuisiné ?

Zac : Des vers avec un œuf que j’ai trouvé dans un arbre lors d’un feu de camp avec Bear Grylls.

Vogue : Si Zac Efron était un jus, de quoi serait-il composé ?

Zac : De la sauce sriracha et un tas d’amour.

Vogue : Quel est le moment le plus mémorable que vous ayez eu avec un fan ?

Zac : Mes fans sont les meilleurs, donc j’ai eu pas mal de bons moments avec eux.

Vogue : Si votre vie était un film musical, comment s’appellerait-elle ?

Zac : Zac-a-licious.

Vogue : Quel est votre moment préféré de la saga High School Musical ?

Zac : Je sais pas, il y en a tellement. Le dernier, quand les rideaux se ferment, ça me fend le coeur.

Vogue : Si vous pouviez changer votre prénom, vous le changeriez avec quel autre prénom ?

Zac : Khaleesi.

Vogue : Quel était votre premier travail ?

Zac : J’ai fait une petite pièce à Arroyo Grande au Great American Melodrama Theatre, j’étais payé 2$ de l’heure.

Vogue : Quel serait votre nom de DJ ?

Zac : Afro Zac.

Vogue : Quelle est la chose la plus terrifiante que vous ayez faite ?

Zac : Euh, peut être le parachutisme. J’ai pas peur de grand chose, mais nager avec le requin était plutôt effrayant.

Vogue : Comme c’est de travailler avec Seth Rogen ?

Zac : Absolument incroyable. Seth Rogen est exceptionnel.

LIEN GALERIE :

 Réseaux sociaux – Social networks > 2017 > 73 questions with Zac Efron – 27/09

Photoshoots > 2017 > Vogue

  15 Sep 2017         Posté par ZEfrance

Hier, Zac et son frère Dylan ont rendu visite aux enfants de l’hôpital de Los Angeles. De plus, ils participeront ce week end au Nautica Malibu Triathlon sachant que cet événement est en partenariat avec le Children’s Hospital.

LIEN GALERIE :

Réseaux sociaux – Social networks > 2017 > Children’s Hospital, Los Angeles – 15/09

  01 Sep 2017         Posté par ZEfrance

Hier, jeudi 31 août, Zac et Dylan étaient en road trip dans le cadre de leur campagne #TestedTough avec Columbia Sportswear.



LIEN GALERIE :

Réseaux sociaux – Social networks > 2017 > Road Trip pour la campagne #TestedTough, Columbia Sportswear – 31/08

  13 Mai 2017         Posté par ZEfrance

Le vendredi 12 mai, Zac accompagné du cast de Baywatch étaient présents sur le plateau de l’émission « Despierta America » à Miami.

Le cast a joué à un jeu de cuisine en espagnol, je vous laisse découvrir la vidéo sur le lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=NWRwat50Mv8

LIEN GALERIE :

Emissions TV – TV Shows > 2017 > Despierta America – 12/05

Réseaux sociaux – Social networks > 2017 > Miami – 12/05

  06 Mai 2017         Posté par ZEfrance

Zac a profité de son temps libre pour partir au Costa Rica avec des amis avant de débuter la promo de Baywatch.

LIEN GALERIE :

Réseaux sociaux > 2017 > Costa Rica – 04/05

  04 Mai 2017         Posté par ZEfrance

Le compte officiel Hugo Boss a partagé une vidéo de Zac répondant à quelques questions pour la campagne Your Time Is Now.

« Décrivez-vous en un seul mot.

Ensoleillé.

Le meilleur conseil pour votre génération ?

Ne jouez pas à Pokémon GO, ne commencez jamais.

Quelle est la meilleur chose en tant qu’acteur ?

Explorer son imagination.

Se détendre ou se défier pour votre week-end ?

Me défier.

Le faire maintenant ou attendre plus tard ?

Maintenant.

L’endroit préféré que vous avez visité ?

Le Japon.

Quel est l’objet numérique qui est indispensable pour vous ?

Des hauts-parleurs et écouteurs.

Votre émoji préféré ?

😜

Facebook ou Instagram ?

Instagram sans aucun doute. »

 

 

  15 Avr 2017         Posté par ZEfrance

Une nouvelle interview de Zac pour le magazine Glamour España a été récemment dévoilée. Retrouvez la traduction ci-dessous ou l’interview sur le lien suivant : www.glamour.es

« Irene Crespo : Qu’est ce qui a été le plus difficile dans le fait de passer de l’idole des jeunes à l’acteur adulte ?

Zac Efron : La patience. Quand j’étais jeune beaucoup d’opportunités me sont arrivées, il est facile de dire oui car ils offrent de nombreux projets lucratifs. Soyez patient, attendez le rôle adéquat, c’est fondamental et c’est quelque chose sur lequel je travaille encore.

Irene Crespo : Vous continuez sur cette voie du changement et de la maturité, qu’avez-vous appris en ce temps ?

Zac : Il est important de se rappeler que dans la vie tout doit être amusant. Parfois, vous pouvez vous laisser entraîner dans la gravité (le sérieux) mais le secret est de vous assurer que vous vous amusez, car si vous appréciez votre travail il sera meilleur.

Irene Crespo : Est-ce qu’être un acteur a toujours été un rêve pour vous ? Comment l’avez-vous atteint ?

Zac : Il faut beaucoup de pratique. J’ai commencé très jeune aussitôt que j’ai découvert le théâtre, j’ai joué chaque fois que je pouvais, parfois, devant des audiences de 20 ou 30 personnes. J’ai appris le basique de la profession sur scène et plus tard je me suis rendu compte que l’expérience était indispensable pour jouer devant les caméras. Je savais où me placer, où regarder, ce sont des choses difficiles à apprendre par la suite. Il ne faut pas avoir peur de commencer d’en bas, il suffit et de commencer et d’y aller.

Irene Crespo : Dans le cadre de la génération du millénaire, quand vous entendez la phrase « Your Time Is Now » (Votre temps est maintenant) qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Zac : Your Time is Now est un appel à notre génération, un rappel pour nous maintenir en vie. C’est la raison que la campagne Hugo Man met en évidence, c’est motivant. Elle donne la permission à tout le monde de prendre sa vie en main. C’est quelque chose de nouveau, frais et intéressant. C’est un appel pour inviter les gens à sortir, réaliser ses rêves et rappelez-vous qu’il n’y a pas de meilleur moment que de le faire maintenant. Et encourage l’éveil et accomplir un but. C’est un feu vert pour sortir et trouver sa prochaine aventure. J’adore ça.

Irene Crespo : Comment appliquez-vous toutes ces idées au sein de votre vie quotidienne ?

Zac : Quand il s’agit d’avoir le courage de saisir le jour, la chose la plus importante pour moi est de se rappeler de profiter du moment, garder les pieds sur terre et se concentrer sur ce qui est important. La raison pour laquelle je me suis joint à cette campagne est parce que j’essaie toujours de faire de nouvelles choses intéressantes. Je pense que c’est la clé.

Irene Crespo : Il y a 2 mois, vous avez souhaité un joyeux anniversaire à votre mère avec une photo postée sur instagram ayant pour légende « Chocolate Bear » (ours au chocolat) d’où vient ce surnom ?

Zac : Elle m’a toujours appelé comme ça, depuis que je suis bébé et elle le fait encore parfois. Donc, je pensais que ce serait bien de lui montrer que je m’en souviens encore.

Irene Crespo : Vous aurez 30 ans en octobre prochain, quels sont vos objectifs personnels et professionnels pour cette nouvelle décennie ?

Zac : Personnellement, je veux m’améliorer au surf et pratiquer le yoga plus souvent. Professionnellement, j’aimerais des personnages différents qui se remettent en question et de travailler sur des films qui me parle vraiment.

Irene Crespo : Dans quelques mois les avants-premières de Baywatch débuteront, qu’est-ce qui diffère de la série originale ?

Zac : Baywatch est tout à fait différent. Mais nous avons gardés des éléments classiques de la série originale, nous avons modernisé il y a beaucoup plus d’action et ce côté fun. Nous travaillons en équipe et nous sommes devenus une famille (ses blagues avec Dwayne Johnson sur les réseaux sociaux sont déjà un succès).

Irene Crespo : Après tant d’articles montrant votre physique, seriez-vous prêt à prendre du poids ou de changer votre routine d’exercice pour un rôle?

Zac : Totalement. Je l’ai toujours pensé que ce serait amusant de le faire et cela montre comment vous êtes engagé envers ce personnage ainsi que le film.

Irene Crespo : Après High School Musical vous avez décidé de ne pas faire de comédies musicales pendant un moment, vous avez même rejeté le remake de Footloose. Maintenant, vous travaillez sur une comédie musicale : The Greatest Showman avec Hugh Jackman, pourquoi revenir au genre de film qui vous a rendu célèbre?

Zac : Cela me semblait être le bon moment. Michael Gracey (le directeur) est un génie; et quand je me suis dit qu’Hugh Jackman serait aussi dans le film, l’idée qu’il soit l’un de mes co-star, c’était trop beau pour être vrai. L’histoire est très originale, ça ne sera pas une comédie musicale typique. Je pense, que ça peut être quelque chose de complètement nouveau, différent, quelque chose qui n’a jamais été fait.

Irene Crespo : Avez-vous dit non à de nombreux projets pour en arriver là où vous vouliez être? Par exemple, après le succès de Nos Pires Voisins, avez-vous eu des propositions de rôles similaires et vous les avez refusées pour ne pas catalogué ?

Zac : Oui, j’ai dit non plusieurs fois pour en arriver là. Quand vous réussissez dans une catégorie, tout le monde vous offre la même chose. C’est normal, je pense que l’une des clés pour avoir une bonne carrière en constante évolution est que l’on doit maîtriser de nombreux rôles et genres différents pour être un brillant acteur. »

LIEN GALERIE :

Projets > 2017 > Campagne Hugo Boss Your Time Is Now

  05 Avr 2017         Posté par ZEfrance

Le mercredi 04 avril Zac a réalisé une interview suivi d’un Q&A sur la page facebook de la marque Hugo Boss, vous pouvez le revoir sur le lien suivant : https://www.facebook.com/hugo/videos

Découvrez ce qu’il en a été dit :

« Max Villegas : Parlons de l’expérience d’être l’égérie d’Hugo Boss, qu’est ce que ça fait ? Avez-vous déjà imaginé l’être ?

Zac Efron : Non, non jamais. En fait, quand j’ai été approché par Hugo Boss, j’ai reçu ce coup de téléphone, j’étais « Vous plaisantez j’espère ? Pourquoi moi ? ». Ça n’avait vraiment pas de sens. Puis, je me suis dit que j’étais une personne tout à fait normale, il y a tellement de personnes sympathiques à choisir. Ils sont une marque incroyable, je l’ai toujours suivie depuis que je suis jeune. J’ai toujours vu ce logo, c’est iconique. Ils avaient une nouvelle idée qui m’offrait la possibilité de me connecter avec mes fans d’une manière positive, qui est cet hashtag #YourTimeIsNow.

Max Villegas : Cela représente aussi une grande responsabilité ?

Zac : Oui, je suppose. Vous avez raison « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » ça vient de Spider-man.

Max Villegas : Vous aimez les films.

Zac : Les bandes dessinées mais oui.

Max Villegas : Pourquoi vous vous identifiez à Hugo Boss ?

Zac : Hugo Boss est classique, ils sont là depuis un moment, ils sont iconiques. Je savais qu’ils voulaient changer les choses et ça semblait convenir à ma personnalité, puis c’était le bon moment.

Max Villegas : Quelque chose d’étonnant est qu’Hugo Boss vous donne confiance en vous même, où et quand avez-vous obtenu cette confiance ?

Zac : J’essaye encore de comprendre cette partie, c’est un appel pour moi aussi. Je suis comme tout le monde vous savez. Parfois je dois me réveiller et vraiment changer mon cadre de références sur la façon dont je perçois les choses dans la vie. Et si je peux changer mon point de vue, de la bonne manière, et saisir le jour alors ce qui semble être un défi ou quelque chose qui me rend anxieux, une sorte d’obstacle devient plutôt une occasion pour apprendre. Le temps est précieux, c’est un luxe et je ne veux pas le gaspiller à procrastiner. Notre génération, maintenant plus que jamais, a le pouvoir de changer le monde. Nous pouvons le faire à travers les réseaux sociaux, les films, de plein de manières différentes.

Max Villegas : Ce qui est génial c’est ce slogan #YourTimeIsNow parce que nous pensons toujours à ce qu’il va se passer demain, pourquoi pas à ce que l’on a fait la veille ?

Zac : Il s’agit de rester et de vivre le moment présent. Et je me préoccupe de ça aussi, parfois dans la douche je pense « pourquoi je n’ai pas fait ça? ». Mais si l’on peut calmer cela et se concentrer sur le fait de rester dans le moment, nous pouvons prendre une inspiration et avoir un moment pour réfléchir et tout s’efface. Il ne faut pas vivre dans le futur ou s’inquiéter du passé, il faut vraiment profiter de l’instant présent.

Max Villegas : Comment c’était le tournage à Los Angeles ? Ce n’était pas un film cette fois, juste une campagne.

Zac : C’était fantastique, c’était vraiment amusant parce que c’était différent. On courait sur les toits de Los Angeles, je faisais du skateboard très près du bord.

Max Villegas : Pour moi vous êtes une personne très heureuse et c’est un succès, avez-vous déjà imaginé lorsque vous étiez enfant en train de regarder votre film préféré « Les Goonies » qu’un jour vous travailleriez avec Hugo Boss à 29 ans ?

Zac : Pas du tout. J’adore « Les Goonies » c’est un film parfait, et oui je suis très heureux.

Max Villegas : Vous définissez-vous comme un homme curieux ?

Zac : Ouais, je suis toujours d’un naturel curieux, et je suis toujours prêt à apprendre. Vous savez, j’ai eu beaucoup d’opportunités de travailler avec des personnes intelligentes, que ce soit au niveau du jeu d’acteur, de la production, de la direction. C’est amusant, j’en suis très ravi.

Max Villegas : Parlons du style parce que James Dean ou Steve Mcqueen sont des personnes très aimées de par leur travail, leur style. Aux yeux de la nouvelle génération vous êtes un peu comme eux. Que voulez-vous dire à ces personnes ?

Zac : Oui, je veux dire… vous venez de le dire. Le temps est précieux, il n’y a pas de meilleurs moments que maintenant pour commencer à atteindre ses buts. Nous sommes en train de faire la promo de Baywatch, ils demandent comment je me suis préparé physiquement etc. Je pense que la clé pour vivre est qu’il ne faut pas toujours faire parfaitement des le premier essai. On peut gâcher, échouer mais du moment que vous apprenez de cette erreur vous grandissez en tant que personne. Donc mon conseil pour les personnes qui me demande à propos de mon entrainement physique, par exemple, est d’essayer quelque chose de différent, comme choisir une petite chose. Comme peut-être pour le petit déjeuner, mangez juste une salade mais accompagnez la de ce que vous voulez comme des noix et mangez la jusqu’à ce que votre cœur dise stop. Et si vous sentez qu’au bout d’une semaine ça va, essayez d’ajouter quelque chose de nouveau. Vous commencerez doucement à connaître ce qu’aime votre corps, ce qu’il n’aime pas, ses besoins… Il faut y aller pas à pas.

Max Villegas : Vous travaillez avec passion, tout ce que vous entreprenez est fait avec passion. Quels sont les rêves de Zac Efron ? 29 ans, plus qu’un an avant la trentaine. Parce que je peux imaginer qu’Hugo Boss est un rêve d’enfant ?

Zac : Oui, je vais bientôt avoir 30 ans. Pas nécessairement, je n’y pensais pas vraiment. Je suppose que je suis une égérie maintenant ? C’est assez cool de le dire, je suis une égérie ! À l’heure actuelle il faut faire partie du monde, il se développe et change rapidement. C’est fascinant, mais notre génération a beaucoup de travail à faire. Nous pouvons nous unir et faire de notre monde un monde fantastique si nous le faisons de la bonne manière. C’est notre chance, allons-y ! #YourTimeIsNow

Max Villegas : Vous parlez de prendre le risque, ne jamais abandonner, quand avez-vous décidé de faire le premier pas ?

Zac : Je ne sais pas. Mon père m’a emmené à Toy « R » Us pourtant nous ne sommes jamais allez à Toy « R » Us, c’était un grand moment. J’aurai dû savoir que quelque chose allait se passer. À côté de Toy « R » Us il y avait cet endroit où il faisait des auditions pour une pièce. Puis, il a dit « on ne va pas à Toy « R » Us et j’étais « quoi ? ». Il a ajouté « on t’a écouté chanter puis danser, tu veux auditionner pour cette pièce ? ». Et je suis devenu tout pâle, mais vraiment j’ai paniqué, j’ai perdu confiance en moi, le courage aussi. J’ai jamais eu aussi peur de ma vie, je pleurais. Et mon père a ajouté « tu peux le faire, c’est juste pour une minute on verra ce qu’il se passe et qui sait si tu t’amuses, essaye ». Je l’ai fait, je me suis mis dans la file, j’ai pleuré durant toute l’audition c’était super embarrassant. Après ça, ils m’ont dit « tu as le rôle » et c’était ma première pièce, je pense que j’avais 11 ans. C’était une production professionnelle donc j’étais content, j’étais un peu en dehors de l’école, je manquais quelques cours et je travaillais. J’étais entouré de tous ces enfants qui avaient trouver leur domaines artistiques, ils dansaient, chantaient. J’avais enfin trouvé ce que j’aimais parce que j’étais trop petit pour le basket, j’étais l’enfant le plus petit de l’école. Je ne pouvais pas jouer au baseball. J’ai donc trouvé ma voie. J’ai simplement aimé, parce que c’était différent.

Max Villegas : Passons maintenant aux questions posés par les fans sur les réseaux sociaux. La première question est : que préférez vous dans le fait d’être le nouveau visage d’Hugo Boss, et qu’avez vous ressenti la première fois que l’on vous a demandé de faire parti de cette campagne ?

Zac : Ma partie préféré est le fait que je puisse vous parlez les gars et je peux être simplement moi. C’est vraiment amusant de pouvoir partager avec vous. Et de diffuser le message c’est notre moment, c’est notre génération, j’ai pu collaborer avec l’une des marques les plus cool. C’est plutôt excitant pour moi, je n’ai jamais fait ça auparavant. Je fais aussi un premier pas là maintenant, je suis un peu stressé. Mais je suis vraiment excité pour le futur !

Max Villegas : Vous ne pouvez pas être stressé !

Zac : Je suis toujours stressé, tout le temps, surtout quand je dois être moi même.

Max Villegas : Le slogan de cette campagne est « Your Time Is Now » comment atteignez vous vos objectifs et opportunités lorsque vous-êtes démotivé ou que vous manquez de confiance en vous-même ?

Zac : Le moment où je me suis senti démotivé et que j’avais perdu confiance en moi, j’en ai eu beaucoup de ces moments là, à des périodes différentes, de différentes façons. Dernièrement, j’ai été entouré de personnes fantastiques, j’ai étudié et regardé la façon dont ils maintenaient leur sérénité durant les hauts et les bas. C’est une vraie méditation. J’ai entendu une fois pourquoi Tom Hanks améliore son jeu d’acteur de façon remarquable ? (Il est l’un de mes acteurs préférés) et il a calmement répondu « répétition, répétition, répétition » et j’étais « QUOI ?! Vous plaisantez ? » c’est la chose la plus cool que j’ai jamais entendu.

Max Villegas : Qui est la personne la plus influente de votre vie ?

Zac : J’en ai plusieurs, comme ma famille bien sûr, ce sont toujours les premiers. Mon grand-père et ma grand-mère sont des personnes géniales. Mon grand-père a dans les 80 ans et il skie chaque année. Il a de l’énergie, il nage tous les jours. Il a fait la guerre mais maintenant il vit sa vie pleinement il est tellement heureux, et je l’admire beaucoup pour ça, il est l’un de mes héros. Mon père, ma mère ainsi qu’Arnold Schwarzenegger et Bruce Lee le sont aussi.

Max Villegas : Quel conseil pouvez-vous donner à la nouvelle génération qui souhaiterait explorer le monde et poursuivre leur rêve ?

Zac : On sent qu’il a beaucoup de règles qui nous sont imposés lorsque l’on grandit. Il y a certaines choses qui sont inacceptables. Par exemple dès le plus jeune âge on est à la maternelle, ils nous donnent un livre de coloriage et nous sommes supposés colorier dans les lignes avec les bonnes couleurs. S’il donne à une personne du même âge les mêmes couleurs et une feuille blanche et disent « lâche toi » ils auraient un chef-d’œuvre, qui sait ce qu’ils auront ? C’est une merveille chose qui proviendrait de notre cerveau, aucune règles ne s’applique. Si nous pouvions revenir dans le temps, nous pourrions retirer toutes ses règles qu’ils nous infligent, qui nous mettent la pression, qui nous rendent anxieux.

Max Villegas : Quel a été votre souvenir préféré lors du tournage de la campagne #YourTimeIsNow avec Hugo Boss ?

Zac : Faire du skateboard sur les toits de grands immeubles, escalader les escaliers de secours, ils étaient très hauts, c’était un peu dangereux mais très amusant. J’ai travaillé avec de très bons photographes, c’était très excitant, je savais qu’à partir de ce moment cette campagne allait être spéciale. Ils ont compris que j’aimais l’aventure lorsque j’ai amené mon propre skateboard que j’ai fabriqué, ils étaient étonnés.

Max Villegas : Vous travaillez depuis que vous avez 11 ans, de bons projets, mais que voulez-vous pour la suite de votre carrière ?

Zac : Je ne sais pas. J’ai fait beaucoup de comédies durant ses dernières années, c’était très très amusant. Les comédies sont biens j’ai travaillé avec Adam Devine, Seth Rogen et tout le cast de Nos Pires Voisins. Je chéris ces hommes, ils sont talentueux, intelligents. Mais j’aime aussi beaucoup les films dramatiques et je pense que c’est là où mon cœur est. J’aimerais travailler avec les plus grands réalisateurs et faire un fantastique drama. J’ai regardé ce film l’autre fois lors de mon vol « Une vie entre deux océans » il était tellement bien ! De très bons acteurs.

Max Villegas : Ca a été un honneur de vous recevoir, vous êtes une bonne égérie, un bon acteur. Merci beaucoup pour votre temps. Merci à tous ceux qui ont posé leurs questions à travers les réseaux sociaux.

Zac : Merci beaucoup, je vous apprécie vraiment les gars. Je n’ai pas eu la chance de vous parler depuis un long moment, j’ai beaucoup travaillé. Je suis super excité de voyager dans le monde pour vous rencontrer, vous me manquez, je vous aime. Et oui Your Time Is Now signifie beaucoup pour moi je l’espère pour vous aussi, je vous vois bientôt, merci pour le soutien, je vous aimerais toujours. »